Infos-patients Rendez-vous450 649-0777
Les malocclusions dentaires

Les malocclusions dentaires

Occlusion normale vs malocclusion

Une occlusion normale se caractérise par une bonne position des dents supérieures par rapport aux dents inférieures (les dents s’emboîtent bien ensemble) avec un surplomb horizontal et vertical normal (les incisives supérieures doivent être en contact avec les incisives inférieures, sans écart prononcé entre ces dents).

Lors de l’évaluation d’une malocclusion, c’est l’aspect fonctionnel qui détermine si une correction orthodontique s’avère nécessaire. Une bonne occlusion assurera à la fois une meilleure fonction lors de la mastication et une répartition égale des forces de mastication sur l’ensemble des dents. Elle contribuera également à un meilleur fonctionnement de l’articulation temporo-mandibulaire.

    

Malocclusion dentaire de « classe I »

Les dents supérieures et inférieures sont en bonne relation les unes par rapport aux autres, et ce, sans décalage antéro-postérieur (les dents ne sont ni trop avancées ni trop reculées). Ce type de malocclusion se caractérise principalement par du chevauchement dentaire.

Traitements utilisés pour corriger ce type de malocclusion

Malocclusion dentaire de « classe II »

Les dents supérieures sont trop avancées et/ou la mâchoire inférieure est trop reculée. Un surplomb horizontal prononcé (décalage entre les dents supérieures et inférieures) en résulte.

Traitements utilisés pour corriger ce type de malocclusion

  • Orthopédie dento-faciale pour stimuler la croissance mandibulaire (chez les enfants en croissance) tels Pul, ressorts de ForsusMD et boîtiers orthodontiques ;
  • Carriere DistalizerMD associé à des boîtiers orthodontiques fixes ou des coquilles InvisalignMD pour reculer les dents supérieures lorsque celles-ci sont trop avancées ;
  • Boîtiers orthodontiques fixes et élastiques intermaxillaires pour les cas légers et modérés ;
  • Invisalign TeenMD associé au MAF (Mandibular Feature Advancement) et/ou des élastiques intermaxillaires (chez les adolescents en croissance) ;
  • Chirurgie orthognatique pour les cas plus sévères lorsque la croissance est terminée.

Malocclusion dentaire de « classe III »

Le maxillaire supérieur est trop reculé et/ou la mandibule est trop avancée. Ce type de malocclusion se caractérise souvent par une occlusion croisée antérieure (les dents inférieures sont plus avancées que les dents supérieures). Ce type de défaut squelettique requiert une intervention précoce (vers l’âge de 8 ans) afin de réduire les possibilités d’avoir recours à une correction chirurgicale ultérieurement. Dans les cas très sévères ou lorsqu’il y a peu ou pas de croissance résiduelle, seule la chirurgie orthognatique peut corriger ce défaut squelettique.

Traitements utilisés pour corriger ce type de malocclusion

  • Masque facial associé à un appareil d’expansion palatine (chez les enfants en croissance) ;
  • PUL III (appareil amovible) chez les enfants en croissance ;
  • Carriere DistalizerMD et boîtiers orthodontiques fixes (pour les cas légers à modérés, chez les adolescents et les adultes) ;
  • Chirurgie orthognatique (dans les cas sévères et/ou lorsque la croissance est terminée).

Occlusion croisée postérieure

Le maxillaire supérieur (palais) est plus étroit que la mandibule (mâchoire inférieure). L’occlusion croisée postérieure peut être unilatérale (dans ce cas, elle s’accompagne souvent d’une déviation mandibulaire) ou bilatérale. Lorsque le palais est trop étroit, il en résulte une insuffisance d’espace pour l’éruption des futures dents d’adulte. Cette situation nécessite une intervention avant la poussée de l’ensemble des dents permanentes. Lorsque la croissance est terminée, chez l’adulte, il est nécessaire d’accompagner l’expansion d’une chirurgie.

Traitements pour corriger une occlusion croisée

Occlusion ouverte antérieure

Dans ce type de malocclusion, les incisives supérieures ne touchent pas aux incisives inférieures. Seules les dents postérieures arrivent à établir un contact lors de la mastication. Ce type de problème peut être le résultat d’une habitude orale néfaste (telle une succion du pouce), d’une déglutition atypique (la langue pousse sur les dents) ou d’une croissance très verticale des maxillaires. Si le défaut est le résultat d’une mauvaise habitude orale, il sera nécessaire, dans un premier temps, d’éliminer celle-ci.

Traitement pour corriger une occlusion ouverte antérieure

  • Appareil pour décourager la succion du pouce ou la déglutition atypique lorsqu’une habitude orale est en cause (Cribb) ;
  • Boîtiers orthodontiques fixes ;
  • InvisalignMD (chez les adolescents ou les adultes) ;
  • Micro-ancrage orthodontique associé à des boîtiers orthodontiques ou InvisalignMD ;
  • Chirurgie orthognatique dans les cas les plus sévères lorsque la croissance est terminée.

Insuffisance d’espace pour l’éruption des futures dents permanentes

Le manque d’espace pour l’éruption des futures dents permanentes se manifeste par un important chevauchement des incisives (dents antérieures) lorsqu’elles font éruption entre l’âge de 6 et 8 ans. Sur la photo suivante, les flèches montrent que les espaces présents sont nettement trop petits pour l’éruption des futures dents permanentes supérieures devant pousser à ces endroits. En outre, la perte prématurée d’une dent primaire peut amener le déplacement des dents adjacentes et réduire ainsi de façon considérable l’espace disponible pour la future dent permanente.

 

Sur la photo précédente (la seconde), une incisive inférieure fait éruption en position linguale (montrée par la flèche) puisque l’espace disponible sur l’arcade pour cette dent est insuffisant chez cet enfant de 7 ans.

La radiographie panoramique prise lors de la consultation initiale permet de déterminer si l’espace disponible pour l’éruption des futures dents permanentes est ou non suffisant. Sur la radiographie panoramique suivante, l’espace est trop restreint et ne permet pas l’éruption adéquate des canines supérieures, lesquelles risquent soit de demeurer incluses (c’est-à-dire de rester coincées et de ne pas faire éruption), soit d’émerger, mais en demeurant très hautes (tels des crocs).

Poser une question ou laisser un commentaire

  1. Adamou Ennoure Soumana dit :

    Bonjour j’aimerai savoir si l’occlusion de classe 1 peut faire en sorte que quand on ris on peut pas voir les dents de la machoire supérieure

    1. Annie Miron dit :

      Bonjour,
      Le fait de ne pas voir (ou peu voir) les incisives supérieures lors du sourire est le résultat d’un maxillaire supérieur trop court et/ou une lèvre supérieure trop longue.
      Cette condition peut s’observer dans tous les types de malocclusions.

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).